Lettre paroissiale

Deux fois par semaine, retrouvez ici les nouvelles de la paroisse.

N'hésitez pas à l'imprimer et à l'adresser à celles et ceux que vous connaissez et qui  n'ont pas accès à internet, en l'envoyant par la poste ou en la déposant dans leur boite aux lettres.

Bonne lecture !

Dimanche 17 mai

6e semaine du Temps pascal

Dé-Confinement semaine 9 (n°16)

«  Les chrétiens qui ne rient jamais ne sont pas sérieux  » (Pères du désert)

lp16-1.png

Premier dimanche déconfiné - Comme la décrue pour l’arche de Noé, nous « déconfinons » tout doucement...

Editorial

Bien chers tous ;

Cette semaine, dans les lectures de la messe, nous avons entendu quelques versets du livre des Actes des Apôtres que j’aime particulièrement. Ils nous racontent un bouleversement radical des plans de St Paul. Celui-ci a quitté la Judée avec ses compagnons pour  annoncer l’Evangile. Ils commencent par la région de l’Asie Mineure. Tout va bien, ça « marche » ! « Les Églises s’affermissaient dans la foi et le nombre de leurs membres augmentait chaque jour. » (Ac 16,5) Puis, soudainement, aux versets suivants, le système se « grippe ». Pourquoi ? C’est le Saint Esprit qui les en empêche ! Et à plusieurs reprises, en plus ! « Le Saint-Esprit les avait empêchés de dire la Parole dans la province d’Asie. Arrivés en Mysie, ils essayèrent d’atteindre la Bithynie, mais l’Esprit de Jésus s’y opposa. » (Ac 16,6-7). Alors, à la suite d’une vision de Paul pendant la nuit, ils partent en Macédoine car « ils en déduisirent que Dieu les appelait à y porter la Bonne Nouvelle. » (Ac 16,10)

Je trouve ces quelques versets formidables. Tout d’abord, St Paul et ses compagnons sont capables d’attribuer à l’Esprit Saint la source de leurs blocages soudains et inattendus et non à l’indifférence des personnes qu’ils rencontrent ou à une faute de leur part. Ils ne se regardent pas le nombril, ils regardent d’abord vers Dieu ! Ensuite, ils s’organisent sans tarder et changent radicalement leur plan. Au lieu d’évangéliser l’Asie Mineure, ils partent vers la Grèce et vers ce qui deviendra l’Europe. (Notez en passant que c’est de là que vient l’évangélisation de nos pays, et donc celles de nos ancêtres. C’est grâce à cet événement que nous sommes chrétiens !) Comme il a dû être frustrant et déstabilisant pour Paul et les siens d’être tout d’un coup bloqués, alors que tout « marchait » si bien pour eux. Changer de plan, se risquer à aller dans une région qu’ils n’avaient pas choisis et dont la culture était bien différente de la leur n’était pas si évident. Cela leur a demandé souplesse d’esprit, adaptation, confiance en Dieu, écoute et discernement. Mais aussi un grand désir d’annoncer l’Evangile !

Je ne peux pas m’empêcher de faire un parallèle avec la période que nous traversons. N’avons-nous pas, nous aussi, l’impression d’être empêchés de vivre notre foi et d’avoir le sentiment que le message de l’Evangile ne « passe » plus dans notre société ? Et si, au lieu de nous attrister et de nous replier sur nous-mêmes, nous vivions cela comme un signe de l’Esprit Saint, une opportunité pour changer, ouvrir d’autres chemins, d’autres voies pour rejoindre le monde d’aujourd'hui et auquel Dieu veut sans aucun doute, plus que jamais, s’adresser. Bien sûr c’est déstabilisant et rien n’est écrit à l’avance. Il faudra sans doute tâtonner, essayer, se tromper, recommencer. Ce n’est pas confortable et c’est fatiguant. Mais comme c’est intéressant ! L’Evangile est toujours jeune et toujours nouveau. Et le monde toujours en mouvement. Faire se rejoindre les deux est notre mission. Elle est passionnante, dans tous les sens du terme. Et elle ne peut plus se contenter de solutions toutes faites. Cette mission est la nôtre, à chacun et chacune d’entre nous. Aucun baptisé ne peut s’en désintéresser, car il est la présence de l’Evangile dans le monde d’aujourd'hui. Nous sommes les nouveaux Paul, Silas et Barnabé des années 2020 ! Peut-être l’Esprit Saint nous empêche et nous bloque–t–il ? Pas parce que nous serions devenus mauvais ou que le monde se désintéresserait définitivement de Dieu. Mais parce qu’il veut changer nos habitudes et nous réveiller de notre train-train spirituel pour rejoindre de nouvelles personnes, auxquels nous ne pensons pas. Mais alors, une question se pose : au lieu de nous attrister, de nous replier sur nous-même ou de devenir progressivement indifférent à notre propre foi, qui voudra relever le défi ? Qui voudra avancer au risque des initiatives de l’Esprit Saint ? Vous ?

P. Guillaume

Les textes de la liturgie

Première lecture (Ac 8, 5-8.14-17)

En ces jours-là, Philippe, l’un des Sept, arriva dans une ville de Samarie, et là il proclamait le Christ. Les foules, d’un même cœur, s’attachaient à ce que disait Philippe, car elles entendaient parler des signes qu’il accomplissait, ou même les voyaient. Beaucoup de possédés étaient délivrés des esprits impurs, qui sortaient en poussant de grands cris. Beaucoup de paralysés et de boiteux furent guéris. Et il y eut dans cette ville une grande joie. Les Apôtres, restés à Jérusalem, apprirent que la Samarie avait accueilli la parole de Dieu. Alors ils y envoyèrent Pierre et Jean. À leur arrivée, ceux-ci prièrent pour ces Samaritains afin qu’ils reçoivent l’Esprit Saint ; en effet, l’Esprit n’était encore descendu sur aucun d’entre eux : ils étaient seulement baptisés au nom du Seigneur Jésus. Alors Pierre et Jean leur imposèrent les mains, et ils reçurent l’Esprit Saint.

Psaume (Ps 65 (66), 1-3a, 4-5, 6-7a, 16.20)

R/ Terre entière, acclame Dieu,
chante le Seigneur ! ou : Alléluia !
 (Ps 65, 1)

Acclamez Dieu, toute la terre ;
fêtez la gloire de son nom,
glorifiez-le en célébrant sa louange.
Dites à Dieu : « Que tes actions sont redoutables ! »

« Toute la terre se prosterne devant toi,
elle chante pour toi, elle chante pour ton nom.»
Venez et voyez les hauts faits de Dieu,
ses exploits redoutables pour les fils des hommes.

Il changea la mer en terre ferme :
ils passèrent le fleuve à pied sec.
De là, cette joie qu’il nous donne.
Il règne à jamais par sa puissance.

Venez, écoutez, vous tous qui craignez Dieu :
je vous dirai ce qu’il a fait pour mon âme ;
Béni soit Dieu qui n’a pas écarté ma prière,
ni détourné de moi son amour !

Deuxième lecture (1 P 3, 15-18)

Bien-aimés, honorez dans vos cœurs la sainteté du Seigneur, le Christ. Soyez prêts à tout moment à présenter une défense devant quiconque vous demande de rendre raison de l’espérance qui est en vous ; mais faites-le avec douceur et respect. Ayez une conscience droite, afin que vos adversaires soient pris de honte sur le point même où ils disent du mal de vous pour la bonne conduite que vous avez dans le Christ. Car mieux vaudrait souffrir en faisant le bien, si c’était la volonté de Dieu, plutôt qu’en faisant le mal. Car le Christ, lui aussi, a souffert pour les péchés, une seule fois, lui, le juste, pour les injustes, afin de vous introduire devant Dieu ; il a été mis à mort dans la chair ; mais vivifié dans l’Esprit.

Évangile (Jn 14, 15-21)

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Si vous m’aimez, vous garderez mes commandements. Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur qui sera pour toujours avec vous : l’Esprit de vérité, lui que le monde ne peut recevoir, car il ne le voit pas et ne le connaît pas ; vous, vous le connaissez, car il demeure auprès de vous, et il sera en vous. Je ne vous laisserai pas orphelins, je reviens vers vous. D’ici peu de temps, le monde ne me verra plus, mais vous, vous me verrez vivant, et vous vivrez aussi. En ce jour-là, vous reconnaîtrez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi, et moi en vous. Celui qui reçoit mes commandements et les garde, c’est celui-là qui m’aime ; et celui qui m’aime sera aimé de mon Père ; moi aussi, je l’aimerai, et je me manifesterai à lui. »

Les Annonces de la Paroisse

La venue de notre évêque mercredi

Mgr James est venu rencontrer l’équipe des prêtres du Bassin d’Arcachon mercredi dernier, à la faveur du déconfinement. Sa visite prévue fin mars avec les Conseils pastoraux des différents secteurs avait été annulée. Il a rappelé combien les évêques mettaient tout en œuvre pour que l’on puisse réouvrir les lieux de culte « le plus vite possible », tout en précisant que le gouvernement attendait les premiers effets du déconfinement d’ici la semaine prochaine pour se prononcer. 

Vêpres dominicales

Attention : avec la fin du confinement, les vêpres ne sont plus retransmises en vidéo.

Messes, confessions et adorations

Le mardi : 

▪ à Audenge, temps d’adoration de 16h30 à 17h30 

▪ au Teich, temps d’adoration et de confession de 17h à 18h

 

Le mercredi 

▪ à Biganos, temps d’adoration et de confession de 17h30 à 18h30

Le jeudi (sauf pont Ascension)

▪ à Mios, temps d’adoration et de confession de 09h30 à 10h30

Le vendredi (sauf pont Ascension)

▪ à Gujan, temps d’adoration et de confession de 18h30 à 19h30

Le samedi (sauf pont Ascension)

▪ à Gujan, temps d’adoration et de confession de 11h30 à 12h30

 

Ouverture des églises :

Les églises de Gujan sont ouvertes en journée, aux heures habituelles d’avant le confinement.

Pour le secteur de Biganos, en plus des heures d’adoration prévues :

Audenge : mardi de 10h-12h et 15h45-17h45.

Mios : mercredi 10h-12h

Marcheprime : jeudi de 15h30 à 17h30 (sauf pour l’Ascension, ouvert le lendemain vendredi 22 mai)

Biganos : vendredi 15h30 à 18h.

Pour nous joindre en ce moment

Paroisse de Gujan/Le Teich :

https://www.cathogujanleteich.fr

tel : 07 87 63 91 31

mail : secretariat@cathogujanleteich.fr

Paroisse d’Audenge, Biganos, Marcheprime et Mios:

https://www.paroissecoeurdubassin.fr

tel : 06 33 21 79 16

mail : secteurpastoral.abmami@orange.fr

Le Coin spi

Se préparer à recevoir l’Esprit Saint… par une neuvaine ?!

lp16-2.png

Qu’est-ce qu’une neuvaine ?

C’est une dévotion proposée par l’Église, qui consiste à prier durant neuf jours consécutifs, généralement pour confier à Dieu une intention ou demander une grâce particulière. Cette forme traditionnelle de prière, très populaire et encouragée par l’Église depuis le Moyen-Âge, fait généralement recours à l’intercession de la Vierge Marie ou d’un saint. (Sauf ici, puisque c’est l’Esprit Saint lui-même !)

Pourquoi une neuvaine ?

Saviez vous que les neufs jours d’une neuvaine font référence aux neuf jours qui séparent l’Ascension de la Pentecôte ? Dans la Bible, cette période est pour les disciples et la mère de Jésus une période d’attente qu’ils vivent dans la prière. Jésus n’est plus là. « Tous, d’un même cœur, étaient assidus à la prière » (Ac 1,14) et, à l’issue de celle-ci, ils reçoivent l’Esprit Saint promis, selon les mots de Jésus : « et moi, je vais envoyer sur vous ce que mon Père a promis » (Lc 24,49), c’est la première neuvaine ! Ainsi, nous pouvons vivre, nous aussi la neuvaine comme un temps de prière dans l’attente d’une grâce.

Pourquoi à l’Esprit Saint ?

C’est l’une des trois personnes du Dieu unique et trinitaire. De la même manière que nous pouvons parfois nous adresser à Dieu le Père, ou au Fils Jésus Christ, nous pouvons (et devons !) également nous adresser à l’Esprit Saint, lui qui est la vie de nos âmes. Cette neuvaine est donc l’occasion de recevoir à nouveau l’Esprit Saint pour être soi-même renouvelé.

Comment faire ?

La neuvaine commence le lendemain de l’Ascension et ainsi se termine la veille de la Pentecôte. Chaque jour, pendant ces neufs jours, nous invoquons l’Esprit Saint pour qu’il vienne en nous et qu’il emplisse nos cœurs de charité.

Pour cela, nous pouvons réciter le Veni Creator (ici traduit en Français) :

Viens, Esprit Créateur nous visiter
Viens éclairer l'âme de tes fils;
Emplis nos cœurs de grâce et de lumière,
Toi qui créas toute chose avec amour

Toi le Don, l'envoyé du Dieu Très Haut,
Tu t'es fait pour nous le Défenseur;
Tu es l'Amour le Feu la source vive,
Force et douceur de la grâce du Seigneur

Donne-nous les sept dons de ton amour,
Toi le doigt qui œuvres au Nom du Père;
Toi dont il nous promit le règne et la venue,
Toi qui inspires nos langues pour chanter

Mets en nous ta clarté, embrase-nous,
En nos cœurs, répand l'amour du Père;
Viens fortifier nos corps dans leur faiblesse,
Et donne-nous ta vigueur éternelle.

Chasse au loin l'ennemi qui nous menace,
Hâte-toi de nous donner la paix;
Afin que nous marchions sous ta conduite,
Et que nos vies soient lavées de tout péché.

Fais-nous voir le visage du Très-Haut,
Et révèle-nous celui du Fils;
Et toi l'Esprit commun qui les rassemble,
Viens en nos cœurs, qu'à jamais nous croyions en toi.

Gloire à Dieu notre Père dans les cieux,
Gloire au Fils qui monte des Enfers;
Gloire à l'Esprit de Force et de Sagesse,
Dans tous les siècles des siècles. Amen.

Pour terminer, nous récitons le Notre Père, un Je vous salue Marie et un Gloire au Père.

Quels sont les fruits ?

Comme pour toute prière, les fruits de la neuvaine sont tantôt ceux attendus, tantôt différents. Nous avons en revanche l’assurance que le Seigneur répond à toutes les prières adressées au nom de Jésus, cela nous étant rappelé à plusieurs reprises dans l’Evangile : “Quand vous me demanderez quelque chose en mon nom, moi, je le ferai.” (Jean 14, 14). Et c’est tout particulièrement le cas pour cette neuvaine, puisque Jésus nous le dit : “Si donc vous, qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus le Père du ciel donnera-t-il l’Esprit Saint à ceux qui le lui demandent !(Lc 11,13)

Les fruits d’une neuvaine prennent parfois des formes très concrètes : du dénouement de situation compliquée au véritable miracle, les témoignages abondent ! Dans d’autres situations, les fruits ne sont pas visibles mais n’en sont pas moins retournant : nous pouvons par exemple ressentir une grande paix, trouver la force de traverser une épreuve, être éclairés, retrouver le goût de la prière, etc. Enfin, nous pouvons parfois terminer une neuvaine et penser que notre prière n’a pas été exaucée, ou que le Seigneur l’a ignorée. Dans ces situations, seul l’acte de foi qui consiste à continuer de croire que “tout concourt au bien de ceux qui aiment Dieu” (Romain 8, 28) nous permet de ne pas désespérer. Le Seigneur nous donnera sûrement la grâce, avec le recul des mois et parfois des années, de comprendre quel était son dessein à ce moment de notre vie.

Alors vivons ensemble cette neuvaine, en paroisse. Et demandons beaucoup pour nous-mêmes, nos secteurs et notre monde à l’approche de la Pentecôte !

Thibault

(Tiré en grande partie du site de prière en ligne Hozanna.org)

Les nouvelles des paroissiens

Emmanuel (organiste à Gujan)

Le confinement m'a permis de continuer à pratiquer la plupart de mes multiples activités mais selon une répartition dans le temps un peu différente. J’ai passé plus de temps que d’habitude dans mon atelier où j’ai créé des bijoux dont certains inspirés par des sujets religieux. J’ai poursuivi mon activité échiquéenne mais au lieu de rencontrer mes adversaires au club de Gujan-Mestras, j’ai joué sur internet contre des joueurs de tous les pays du monde. J’ai continué à prendre des cours de chant en retrouvant ma professeure sur internet grâce au logiciel Skype. Enfin, j’ai pris un peu plus de temps que d’habitude pour me reposer. J’espère que les conditions sanitaires me permettront de participer à nouveau aux activités paroissiales très prochainement.

Illustrations : médaillons en émail de sa création.

lp16-3.png lp16-4.png

Germaine, retraitée (Mios)

Ce matin, j’ai été très surprise et heureuse de voir le Saint Sacrement exposé [cf. prière du jour début mai sur le site de Gujan]. Merci pour votre prière et la bénédiction du Seigneur que vous nous avez envoyée. Tous les matins, je reste en union de prière avec vous et avec toute la communauté. Encore un grand grand merci et à bientôt je l’espère.

Samuel A., jeune (Gujan)

J’espère qu’un jour on pourra revenir à la salle paroissiale pour refaire l’aumônerie des lycéens parce que je voudrais refaire comme avant le confinement. On fait l’aumônerie avec Zoom. C’est une application où on peut tous se voir et se parler avec l’ordinateur. Et tous les jours l’abbé François ou Thibault ou Paul nous fait la prière du matin. Le dimanche on ne peut pas aller à la messe alors on écoute la messe avec mon ami le pape François qui est sur KTO. Pour l’école, ça ne change rien pour moi et pour maman. Elle me fait école le matin et prépare les cours l’après-midi. Moi je vais faire du vélo avec mon papa car je n’ai pas le droit de sortir sans mon papa car sinon [les gendarmes] risqueraient de coller une amende à mes parents. Le foyer de l’Arche nous a renvoyé Nicolas à la maison pour mieux faciliter le confinement. Il travaille beaucoup avec son ordinateur et sa Switch [console de jeu...]. Et là, juste après avoir écrit, je regarderai l’émission « C’est pas sorcier » sur  les centrales nucléaires.

Un gros bisou à tout le monde, Samuel.

Rose, jeune (Biganos)

Juste un petit message pour vous dire que je vais bien. Les vacances se sont bien passées, je ne me suis pas trop ennuyé car nous avons fait chaque jour des activités avec mes sœurs.

J'ai bien répondu au questionnaire sur Marie, j'avais 7 bonnes réponses sur 8. le dernière était plus difficile.

J'ai bien aimé aussi la vidéo sur Jean-Baptiste la semaine dernière.

Je ne sais pas trop si je suis contente de retourner au collège car beaucoup de mes camarades ne seront pas là, mais en même temps j'ai hâte de sortir de la maison. 

Je vous dis à bientôt ! Bisous